Accueil > Les musiciens en concert > Nicolas SANSARLAT

Nicolas SANSARLAT

Vièle, violon, organetto, flûte à bec, chalemie, cornemuse, chant

 

Violiniste de formation, Nicolas Sansarlat se passionne très tôt pour la musique ancienne.

Il est diplômé en musique ancienne et en musique d’ensemble au Département de Musique Ancienne du CNR de Tours dirigé par Marie-Anne Pottier, où il bénéficie des enseignements d’Anne-Marie Turion, de Pascale Boquet et Denis Raisin-Dadre ainsi que d’une initiation aux anches de la Renaissance avec Michèle Vandenbroucque.

Il étudie également le langage musical de la Renaissance au Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Musica Practica avec Olivier Trachier.

En 2005, il obtient son Diplôme d’Etat pour enseigner les instruments anciens à cordes frottées.

Au CNR de Tours, à l’Ecole Nationale de Musique et de Danse d’Evry avec Nicolas Brochot, et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il se forme à la direction d’orchestre. Cours d’orchestration, d’analyse, d’écriture font partie de ses études.

Son vif intérêt pour les danses Renaissance et baroques qu’il pratique dans divers stages et conservatoires, suscite sa présence auprès de danseurs débutants et confirmés, qu’il accompagne en solo ou avec divers ensembles au sein de stages, bals et spectacles.

Avec sa lira da braccio, il prend part au projet de restitution de la “Fabula di Orfeo” d’Angelo Poliziano (Fable du XVe siècle), réalisé dans le cadre de la formation professionnelle de la Fondation Royaumont en 2006.

Il approfondit ses connaissances au sein du Département de Musique Ancienne du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, où il obtient un master de violon baroque dans la classe d’Odile Edouard, avec mention très bien à l’unanimité.

Son expression musicale se révèle dans la pratique de nombreux instruments à cordes utilisés du XIIe siècle à nos jours : vièles médiévales, rebec, lira da braccio, violons, qu’il complète avec la flûte à une main et tambour, la cornemuse et les hautbois de la Renaissance. Cette pratique plurielle l’amène à cotoyer lors de conférences ou en atelier, des luthiers, organologues et chercheurs se penchant sur la question des origines du violon.

Il fait évoluer sa passion au sein de nombreuses formations : Alla Francesca, les Coccigrues, Diabolus in Musica, l’Echelle, Les Hautbois d’Henri IV, Laus Veris (IT), micrologus (IT), Musica Nova, Les Musiciens de Saint-Julien, Les Sonadori, Les Witches…

Il participe à l’enregistrement de disques de musique traditionnelle, de chanson française et de musique ancienne : La dolce vita, Musiche alla corte di Federico da Montefeltro, Bella Gerit ; lira da braccio – Urbino, 2006 ; Angelo Poliziano, La Fabula di Orpheo, La Compagnia dell’Orpheo, K617 ; lira da braccio, rebec, cornemuse – 2007 ; L’anima e’l Cora, la musica e l’iconografia al tempo del Perugino, Laus Veris ; lira da braccio, rebec – 2007 ; Orsù, su car signori, Pintoricchio, il ritratto della musica, Laus Veris ; lira da braccio, rebec – 2007 ; Je voy le bon tens venir, Les musiciens de Saint-Julien, Alpha productions ; Vièle, rebec, chalemie, bombarde à clef – 2012.